↑ Revenir à Découvrir

Histoire

Muhlbach sur Bruche, charmant village de 611 âmes ( recensement de 1999) se love au pied du Hahnenberg dans la vallée de la Bruche entre Molsheim ( son canton ) et Schirmeck ( Muhlbach fait partie de la communauté de commune de la Haute Vallée de la Bruche)

Cette ambivalence se retrouve dans son histoire. Dès 1315, il est fait mention du village de Mitbach, propriété du château de Guirbaden sur les hauteurs de Grendelbruch Il en a partagé les nombreux propriétaires : les comtes d’Eguisheim- Dabo, l’Evêché de Strasbourg, le Chapitre de la cathédrale de Metz, les princes de Rathsamhausen, le Marquis de Chamblay et enfin le Prince de Rohan-Soubise On retrouve d’ailleurs une partie du blason de ce dernier sur les armoiries de la commune surmontant 1/2 roue représentant très probablement le moulin dont le village tire son nom. Après la révolution, les habitants rachètent les terrains et la commune, après un interminable procès avec les héritiers du Prince se voit dotée de 33 hectares de forets. Le moulin est vendu a des particuliers. En 1820, deux meuniers occupent le bâtiment : Laurent et Joseph Zehringer remplacé en 1840 par Louis Arnold er Balthazard Singer. Il sera démoli après 1945.

Le village est rattaché au canton de Rosheim , puis, en 1927 au canton de Molsheim. Le «  sur Bruche «  est rajouté en 1920.

Les différents maires qui se succèdent sont tous des enfants du pays dont certains noms sont encore bien connus : M. Finck en 1790, M. Weber en 1804, M. Retz en 1839, M. Siat en 1840, M. Helbling en 1864, M. Gross en 1856 qui restera maire pendant 22 ans. Pendant ce temps, la paroisse qui est rattachée à Lutzelhouse a déjà une église depuis 1731. Cette « chapelle », devenue trop petite, est remplacée par l’actuelle église dédiée à Notre Dame de l’Assomption en 1878. Son style ne présente aucune particularité, mais ne manquez pas d’y admirer une statue en bois polychrome du 17ème siècle, classée aux monuments historiques depuis 1971, et son baptistère taillé dans une stèle des ruines du château de Guirbaden.

Elle possède trois cloches dont la plus petite mais aussi la plus ancienne date de 1741.Son orgue, commandée en 1880 chez Stiehr Mockers de Seltz a coûté 5176 Marks et a été restaurée récemment.

La population de Muhlbach qui n’était que de 407 habitants en 1806 passe rapidement a plus de 600 habitants après 1845. Les habitants vivent de la foret,du flottage du bois, de l’agriculture. Il est intéressant de noter le nombre de métiers que l’on trouve à Muhlbach au 19eme siècle. De 1810 à 1840, il y a 3 cordonniers, 3 charpentiers, 2 maréchaux-ferrants, 4 voituriers, 2 aubergistes, 1 menuisier, 1 charron, 1 vannier, 1 ferblantier, 1 tonnelier, 1 tailleur, des tisserands à domicile, une sage-femme, un plâtrier, un teinturier, un boucher …. Il y a également des métiers oubliés : un cloutier ( fabricant de clous, un cartonneur ( relieur de livres en carton ), un faiseur de crible s( tamis), un châtreur, un pareur, un barbier…. La plupart sont laboureurs ou cultivateurs mais cumulent souvent deux métiers. Ainsi le buraliste Sutter Antoine était aussi marchand, aubergiste et adjoint au maire. En 1840, il y a jusqu’à 3 boulangers : Louis Retz, Hubert Finck et Joseph Luss.

Les guerres et les usines d’armes de Klingenthal et Mutzig se retrouvent dans le métier d’armurier : Joseph Helbling et François Silbermann. A la population de souche se rajoute nombre de bavarois et de badois. On peut également noter dans les registres de naissances nombre d’enfants illégitimes et de pères morts dans des endroits aussi lointains que l’Espagne ou la Russie. Les deux guerres mondiales n’épargnent pas le village et le monument aux morts inauguré en 194 porte les noms de ses enfants «  morts pour la France ». A la libération de 1945, les habitants font édifier une statue de la Vierge sur les hauteurs qui sera inaugurée le 15 août 1947 . Chaque année, une procession au flambeau gravit la montagne.

On ne peut pas parler de Muhlbach sans évoquer son passé industriel. Comme dans de nombreuses autres communes de la vallée, dès 1836, les usines de tissages s’implantent à proximité de la rivière et apportent un peu de prospérité au village. L’usine de Muhlbach / Lutzelhouse employait 694 ouvrier(e)s en 1894. Messieurs Scheidecker et de Regel à Lutzelhouse, M. Muller au Mullerhof construisent usines et châteaux. C’est le début de l’ère industrielle et l’apparition de métiers féminins.

Aujourd’hui :

Les usines ont disparu, remplacées un temps par Syncotex ( tissages dirigés par l’ancien maire Schieber) et Kettler puis Geboplast et Electrowatt. La voie rapide a favorisé les échanges et nombre d’habitants travaillent aujourd’hui dans les localités de Molsheim, Schirmeck, Strasbourg.