Jan 15 2017

Les Voeux de l’Intercommunalité à Muhlbach

Christine Moritz, maire de Muhlbach-sur-Bruche, « qui compte 724 habitants, plutôt heureux d’y vivre », a souri l’élue, a accueilli les invités dans la salle polyvalente de sa commune pour cet exercice intercommunal de transmission des vœux pour 2017. La formule avait été choisie voilà deux années, afin de permettre de réaliser quelques économies. L’intercommunalité bruchoise invitait les communes à ne plus organiser de cérémonies locales, suggestion partiellement suivie dans la vallée.

LE DISCOURS DU PRESIDENT DE LA CCVB

Pierre Grandadam, président de la CCVB (communauté de communes de la vallée de la Bruche) a fait part de ses souhaits pour l’année qui vient de débuter, devant un peu plus de 80 personnes, élus locaux ou régionaux, personnels des services de la CCVB, représentants d’associations, d’entreprises, de la gendarmerie, des pompiers, de l’ONF, etc.

Sans « dresser un bilan détaillé » de l’activité de son intercommunalité, le président a évoqué aussi « ce qui ne se voit pas ». Cette partie cachée est celle des rouages humains de la com’com, qu’il a souhaité féliciter chaleureusement pour leur implication.

Le président est revenu brièvement sur les nouvelles compétences obligatoires de l’entité qu’il dirige, notamment en matière de gens du voyage et des espaces qui leur sont dédiés, pour la gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations.

D’un point de vue financier, Pierre Grandadam a paru rassuré : « Nous bouclerons les comptes de 2016 avec 15 millions d’euros de dépenses réelles et 20,9 millions de recettes réelles. »

Pour l’avenir, le président demeure rassuré : « 2017 sera aussi l’année où la région Grand Est prendra sa pleine mesure. Je suis confiant : Grand Est ou pas, on continuera de préparer notre salade au Melfor® grâce à la loi locale et on dégustera nos knacks avec de la moutarde dite d’Alsace. »

Grand Est : « travailler autrement »

Plus sérieusement, le président de la CCVB a estimé qu’avec l’étendue de cette région, il allait falloir « travailler autrement. Nous, en montagne, nous avons déjà appris, au comité de Massif, à collaborer avec trois régions et sept départements ». Pierre Grandadam est revenu sur le mort-né conseil unique d’Alsace : « Ceux qui s’opposaient alors à cette vision versent aujourd’hui des larmes de crocodile en expliquant que c’est trop cher, que c’est trop loin, que l’Alsace est trop bien toute seule pour être associée autrement. Moi, je crois que l’Alsace a une telle volonté, un tel caractère, qu’elle peut devenir le cœur d’une institution qu’on envie à l’échelle européenne. Il est encore temps de fusionner les départements du Rhin », a lancé le président, face à un Laurent Furst, député de la circonscription, affichant un sourire allant d’une oreille à l’autre. Député que Pierre Grandadam « souhaite de tout cœur » voir réélu cette année, « vœu purement égoïste […] Je pense aussi que, libéré de ses charges de maire et de président de la communauté de communes (de Molsheim-Mutzig, ndlr), il pourra mettre toute son énergie et son dévouement au service de tout le territoire de sa circonscription. Et même, je suis certain qu’il préférera la vallée aux terres glacées qui lui ont été affectées aux antipodes » (Laurent Furst est en effet président du groupe d’études au Parlement sur l’Arctique, l’Antarctique et les Terres australes et antarctiques françaises, ndlr).

Localement, toujours pour 2017, Pierre Grandadam a rappelé que cette année serait « celle du chantier de notre piscine. Nous avons fait ensemble un choix mûrement réfléchi. Nous avons établi un plan de financement solide. Les emprunts bénéficient de taux fixes exceptionnellement bas ». La CCVB ira voir ce que fait la com’com de Molsheim en matière de piscine, « mais nous, on ne peut pas payer cash ! », a plaisanté Pierre Grandadam.

2017 sera aussi, pour le président de la CCVB, « l’année du Mémorial, qui, grâce à la Région (et à l’Europe, ndlr) engage un nouveau programme posant la souffrance de l’Alsace comme socle d’une Europe de paix. L’achat par l’État du restaurant du Struthof permettra aussi d’expliquer l’Histoire avec un grand H, et de cultiver la mémoire ».

Pour la vallée, le président de la CCVB pense qu’il y a « urgence à déployer le très haut débit sur l’ensemble de nos communes, à maintenir et moderniser les liaisons ferroviaires, à valoriser l’espace Steinheil (ancienne friche industrielle à Rothau, en cours d’aménagement, ndlr) avec un beau programme routier ».

En conclusion, Pierre Grandadam a souligné qu’en « 2017, il nous faudra encore du courage, de l’audace et une solidarité sans failles. Nous allons nous battre ensemble comme des loups, pour être plus forts, parce qu’autour de nous, nos voisins se font entendre et ils s’organisent […] La vallée de la Bruche a la capacité de relever ces nouveaux défis. C’est à nous de lui donner la volonté de s’y engager. C’est le vœu que j’aimerais partager avec chacun d’entre vous ».

(JS Arnold – DNA 11.01.2017)

ILS ONT DIT ...

  • Christine Moritz, maire de Muhlbach. Passant le micro : « Parole à Laurent Furst, parti pour un marathon, année électorale oblige ! »
  • Laurent Furst, député. « Jean-Bernard (Pannekoecke, maire de La Broque et vice-président de la CCVB, ndlr) me demandait si la tribune allait résister à mon poids. Je lui répondrai : un élu trop maigre doit porter au doute. Un élu rond, c’est bon ! »
  • Frédéric Bierry, président du Département du Bas-Rhin. « Quand j’ai évoqué, il n’y a pas longtemps, les travaux entrepris en collaboration entre plusieurs communes et réalisés à Muhlbach, récemment, j’ai parlé de “trump park” au lieu de pump track ! » (une piste en creux et bosses pour évoluer à deux-roues, qui a été effectivement achevée cet automne, à Muhlbach-sur-Bruche, ndlr).

Flickr Album Gallery Powered By: Weblizar

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

62 − = 56